une chercheuse refuse

  Annie Thébaud-Mony, directrice de recherche
> honoraire à l'Inserm, le 6 mars 2011 à Ahmedabad en Inde Sam Panthaky
> afp.com
>      
>                 Une chercheuse, spécialiste des cancers professionnels,
> refuse la Légion d'honneur décernée par la ministre du Logement Cécile
> Duflot pour dénoncer l'"indifférence" qui touche la santé au travail et
> l'impunité des "crimes industriels".
> Dans  une lettre adressée à la ministre, rendue publique samedi, Annie
> Thébaud-Mony, directrice de recherche honoraire à l'Inserm, demande à la
> ministre d'intervenir pour "la remise en cause de l'impunité qui,  jusqu'à
> ce jour, protège les responsables de crimes industriels".
> "Je  ne fais pas ce geste contre Mme Duflot", précise à l'AFP la présidente
> de l'association Henri Pézerat (santé, travail, environnement) qui  déplore
> que la crise économique occulte la santé des travailleurs et les  questions
> environnementales.
> "Ma démarche se veut un appel à la  mobilisation citoyenne, mais aussi
> parlementaire et gouvernementale,  pour le respect des droits fondamentaux à
> la vie, à la santé, à la  dignité", écrit-elle en accompagnement de sa
> lettre à la ministre datée  du 31 juillet.
> "Nous voulons être pris au sérieux lorsque nous  donnons à voir cette
> dégradation des conditions de travail (...), le  drame des accidents du
> travail et maladies professionnelles, mais aussi  l'accumulation des
> impasses environnementales, en matière d'amiante, de  pesticides, de déchets
> nucléaires et chimiques..."
> "Cessons les  vraies fausses controverses sur les faibles doses. Des
> politiques  publiques doivent devenir le rempart à la mise en danger
> délibérée  d'autrui, y compris en matière pénale", dit-elle dans sa lettre à
> Mme  Duflot.
> Cette spécialiste, également porte-parole de Ban Asbestos  France, évoque
> par ailleurs "la sous-traitance et le transfert des  risques vers des
> populations très précarisées (maintenance, nettoyages,  gestion des
> déchets)" .
> La chercheuse dont la carrière a été  "bloquée pendant dix ans", plaide pour
> qu'enfin la recherche sur  l'exposition aux cancérogènes au travail soit
> dotée des moyens  financiers publics nécessaires et que les jeunes
> chercheurs qui s'y  adonnent cessent d'être maintenus dans un statut
> précaire.
> Cécile Duflot a décerné le 14 juillet trente Légions d'honneur.
>                               © 2012 AFP              
>



24/08/2012

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres