pour une Pac..

Pour une PAC vraiment redistributrice !

Alors que les grandes lignes de l’application de la réforme de la PAC en France vont être tracées demain par le Président de la République, la Confédération paysanne et le MODEF exigent une PAC tournée vers l’emploi paysan, en particulier en élevage, la vie des territoires, une alimentation de qualité et le respect de l’environnement.

A l’issue du Conseil supérieur d’orientation, jeudi 26 septembre, nous n’avons, en effet, pu que constater combien la FNSEA et ses satellites de l’agro-industrie sont isolés sur leurs positions. Les Jeunes agriculteurs défendent une position proche de la nôtre, et les sections spécialisées d’élevage semblent avoir quelques difficultés à assumer d’avoir été poussés à se ranger derrière leur maison mère.

Nous appelons donc le Président de la République et son ministre de l’Agriculture à concrétiser les ambitions qu’ils ont affichées.

  • Parmi les scénarios qui nous ont été proposés, seul le n°3 permet d’aller vers une distribution plus équitable des aides. La convergence doit être totale d’ici 2019. Les 52 premiers hectares doivent être majorés au maximum, c’est-à-dire avec 30% de l’enveloppe globale. Et le paiement vert doit être distribué sur base forfaitaire ;
  • L’installation est un enjeu essentiel pour l’avenir de l’agriculture. Nous sommes loin de remplacer les départs en retraite. Il faut aller bien au-delà des 6000 paysans accompagnés chaque année. Par conséquent l’aide aux jeunes agriculteurs doit être la plus importante possible, en l’occurrence avec 2% de l’enveloppe du premier pilier. Pour accompagner chacun de façon équitable, cette aide doit être versée au forfait par exploitation ;
  • Tous les actifs travaillant sur la ferme doivent être reconnus. En ce sens, la transparence des GAEC est indispensable et doit être ouverte le plus largement possible à ceux qui en remplissent les critères ;
  • La part d’aides couplées, bien plus juste que les paiements à l’hectare, doit être maximale et tournée vers les productions les plus en difficulté, en particulier l’élevage, en n’oubliant pas les ovins et caprins, ainsi que les fruits et légumes ;
  • Le couplage de 2% des aides pour la production de protéines est nécessaire. Il doit être orienté vers l’autonomie des fermes, donc soutenir la production de légumineuses par les éleveurs ;
  • L’augmentation de 150 millions d’euros du budget du 2nd pilier ne doit pas aller seulement à la revalorisation de l’ICHN. Celle-ci est nécessaire au soutien des paysans en zones difficile mais elle ne doit pas servir d’alibi à l’abandon des petits ruminants dans les aides couplées du 1er pilier. L’augmentation du budget et un transfert important du 1er vers le 2nd pilier doivent être partagés entre l’ICHN, les MAE, et la mise en place d’un soutien pour les fermes à ateliers spécifiques ;
  • Le 2nd pilier doit avoir pour objectif le développement rural et non l’industrialisation de l’agriculture. C’est dans cette optique que doivent être orientées les MAE systèmes et la PMBE. Il ne doit sous aucun prétexte servir à l’industrialisation de l’agriculture et à la gestion des risques via les assurances.

Cette base commune de revendications est essentielle pour une agriculture porteuse d’avenir. Avec les marges de manœuvre laissées par l’Union Européenne, le Président de la République et le ministre de l’Agriculture portent la responsabilité de l’avenir du secteur. Ils ne peuvent se permettre de céder à ceux qui ne représentent plus qu’une minorité de paysans, et la majorité de l’agro-industrie. Au contraire, l’heure doit être à l’ambition politique.

Contacts :
Isabelle Daugreilh, Vice-présidente du Modef : 06 76 71 05 06
Laurent Pinatel, Porte-parole de la Confédération paysanne : 06 80 58 97 22

-- 
Confédération Paysanne 
104 rue Robespierre - 93170 Bagnolet
Tél. 01 43 62 04 04 - Fax. 01 43 62 80 03
contact@confederationpaysanne.frwww.confederationpaysanne.fr


02/10/2013

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres