patate transgénique

Soutenez
                                                        Generations
                                                        Futures en ligne
                                                        ! Lettre d'information de Générations Futures
Conflits d'intérêts pour la patate transgénique...
...et résidus de pesticides dans les aliments !
le rapport
                                                        ici Conflit d'intérêts dans le panel d'experts autirisant la pomme de terre ogm selon un rapport

Un rapport de l'ONG Corporate Europe Observatory est spécialisée dans la mise en lumière des stratégies de lobbying ou d'entrisme des industries. Elle montre dans un rapport qui vient d'être publié que la moitié des experts de l'EFSA ayant autorisé la culture de la pomme de terre OGM Amflora avaient des conflits d'intérêts ! Le rapport est consultable à l'adresse ci dessous. Désolé c'est en anglais seulement :-((

http://www.corporateeurope.org/sites/default/files/publications/Amflora_COI_report_2011.pdf
Rapport de l'EFSA sur les résidus alimentaires de pesticides
L’EFSA vient de publier son nouveau rapport annuel sur la présence de pesticides dans les aliments, basé sur des données de 2009. Ce rapport est construit à partir des rapports fournis par les Etats membres.

Bio-non bio : Comme le format très détaillé du rapport de l’EFSA le permet dorénavant il a semblé intéressant à Générations Futures de présenter les chiffres concernant les aliments issus de l’agriculture biologiques indépendamment de ceux concernant les aliments issus de l’agriculture intensive.

Une bonne nouvelle. Les contaminations de fruits et légumes bio sont extrêmement rares : seuls 2% des échantillons bios analysés par la France contenaient des traces de pesticides, sans que jamais les Limites Maximales en Résidus ne soient dépassées (ces rares traces peuvent être dues à des contaminations croisées ou à des pratiques inadaptées). Les contrôles sévères pratiqués en agriculture bio portent donc leurs fruits. En comparaison, ce sont 37.74% des fruits et légumes issus de l’agriculture intensive analysés en 2009 qui contenaient des résidus de pesticides (chiffre stable par rapport à celui de 38.1% de 2008), dont plus de 3.1% à des quantités supérieurs aux LMR (3.8% en 2008) ! En moyenne, les consommateurs ont donc plus de 18 fois plus de risque de trouver un résidu de pesticide dans un aliment issus de l’agriculture intensive que dans un aliment bio !

la suite sur :
http://generations-futures.blogspot.com/2011/11/residus-de-pesticides-dans-les-aliments.html

 

Le livre noir du médicament, un nouveau livre de C Lalo et P Solal, Ed Plon
Un livre choc sur les dérives dans l'industrie du médicament avec l'affaire du Mediator, entre autres...

Chaque année, les médicaments font quatre fois plus de victimes que les accidents de la route.
Et dire que nous croyions qu’ils étaient destinés à soigner et pas à nuire ! L’affaire du Mediator a créé un véritable électrochoc. L’enquête inédite de ce livre montre que nous ne savions pas tout…
Le Mediator serait-il l’arbre qui cache la forêt ? Il n’est ni le premier ni le dernier. Pourquoi ?

 

 

Parce que les liens incestueux entre les laboratoires, certains médecins et les pouvoirs publics
ne sont pas près de changer en dépit des dernières réformes.
La toxicité de certains médicaments, anti-inflammatoires, antidiabétiques et autres, a déjà été révélée. Mais combien sont-ils encore sur le marché ? Anticholestérol, antidépresseurs, bêtabloquants, vaccins, antidouleurs, sirops contre la toux, etc. Ils sont légion à encombrer les tiroirs de nos officines.
Cette enquête nous permet de décrypter les stratégies mises en oeuvre par les laboratoire pour augmenter leur clientèle. Elle décrit la pénétration du secteur public par le privé. Les autorités sanitaires deviennent parfois les colporteurs de maladies inventées de toutes pièces
ou de pandémies imaginaires comme celle de la grippe A (H1N1), sur laquelle cette enquête jette un regard neuf.
Ce livre nous fait prendre conscience que, en réalité, cette situation dure depuis toujours et qu’elle fait partie de l’histoire même de notre médecine.
Combien de morts faudra-t-il encore pour que nous arrêtions enfin de jouer à l’apprenti sorcier ?
Corinne Lalo est grand reporter et journaliste d’investigation pour la télévision. Elle est spécialiste de l’environnement et de la santé.
Patrick Solal est journaliste scientifique. Il a réalisé de nombreuses enquêtes sur l’histoire des sciences et de la médecine.

l'article
                                                        sur la france
                                                        agricole Le cocktail antibiotiques-pesticides incriminé aux USA dans les mortalités d'abeilles
« Les antibiotiques : utilisés à tort, ils deviendront moins forts »... C'est le nouveau slogan imaginé par l'Assurance maladie pour promouvoir un usage raisonné des antibiotiques en santé humaine, en France.



Un slogan qui aurait tout à fait pu inspirer l'étude de deux chercheurs américains, dont les résultats viennent de paraître dans la revue Plos One. Selon eux, les apiculteurs américains contribuent à « tuer avec gentillesse » leurs abeilles en leur administrant des antibiotiques en mode préventif.



Les causes de la disparition à travers le monde de ces butineuses, d'un intérêt capital pour la survie de tout un écosystème, ont été passées en revue, des pesticides aux affections parasitaires (varroa) ou virales, en passant par les prédateurs (frelon asiatique) ou encore l'impact des activités humaines (transhumances apicoles). C'est avéré, il n'y a pas une seule cause à la disparition des abeilles mais bien plusieurs, et ces facteurs de déclenchement du « syndrome de disparition des colonies » (CCD pour Colony Collaps Disorder) varient selon la situation d'une zone du globe à l'autre.



Les chercheurs progressent donc aujourd'hui sur les causes de la disparition des abeilles que l'on pourrait attribuer à des associations de facteurs facilitant potentiellement leur mortalité, selon un effet « cocktail ».



D'après l'étude américaine publiée le 2 novembre 2011, un antibiotique – l'oxytétracycline – associé avec des acaricides utilisés dans les ruches pour protéger les abeilles du varroa, augmente leur fragilité et leur sensibilité à certains résidus de pesticides ou produits de traitement vétérinaire présents dans les ruches.....

la suite sur le site de la France Agricole :
http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/mortalite-des-abeilles-le-cocktail-antibiotiques-pesticides-incrimine-aux-usa-49862.html

l'étude originale en anglais :
http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0026796



10/11/2011

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres