OGM cachés

Bagnolet, le 26 novembre 2012
COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

OGM cachés tolérant aux herbicides :
L’environnement et la souveraineté alimentaire sacrifiés
Le premier procès des plantes génétiquement manipulées par mutagénèse dirigée
s'ouvrira à Tours ce 26 Novembre 2012. Il fait suite à une action de neutralisation de deux parcelles de tournesol muté tolérant aux herbicides. La Confédération paysanne soutient les 119 faucheurs, et les deux qui comparaîtront. Elle dénonce avec eux l'omerta sur cesnouveaux OGM cachés.

 

La Confédération paysanne rappelle que les deux variétés concernées (l'Express Sun de Pioneer et le Clearfield de BASF) sont issues de la mutagénèse dirigée. Cette technique produit bien des OGM selon la réglementation européenne, mais est curieusement exclue de son champ d'application. Elle engendre pourtant les mêmes risques d'effets non intentionnels sur la santé et l'environnement et produit des plantes brevetées tout comme la transgénèse. C'est pourquoi la Confédération paysanne exige que la loi s'applique à ces OGM cachés comme pour les OGM issus de la transgénèse.

 

La Confédération paysanne met aussi en garde contre la catastrophe environnementale
que l'usage de ces OGM cachés engendrera : toutes ces nouvelles plantes mutées, quelle que soit l'espèce, sont tolérantes à la même famille d'herbicide classée cancérigène élevé, qui de plus est déjà utilisée sur le blé.
Cela aboutira inévitablement à une augmentation de son utilisation chaque année sur les mêmes hectares, quelles que soient les rotations. L'apparition de plantes tolérantes à cet herbicide rendant toute culture impossible n'est pas un risque, mais une certitude, comme cela s'est produit avec les OGM tolérants aux Round Up aux États-Unis. L'ambroisie, que ces nouvelles variétés prétendent combattre, proliférera ainsi encore plus au détriment des personnes allergiques. Pour la Confédération paysanne il est urgent de suspendre ces cultures d'OGM cachés, afin de protéger la santé des paysans et des citoyens, ainsi que l'environnement.

 

La Confédération paysanne s'oppose à la culture en plein champ de ces semences
brevetées qui contaminent les champs et rendent les paysans totalement dépendants des firmes multinationales. Le droit à la souveraineté alimentaire exige la suppression des brevets sur les plantes !

 

La Confédération paysanne appelle à venir soutenir les faucheurs lors de ce procès !
Contacts
Philippe Collin, Porte-parole : 06 76 41 07 18
Véronique Léon, Secrétaire nationale : 06 22 16 13 99
Guy Kastler, commission OGM : 06 03 94 57 21



26/11/2012

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres