observatoire du nucléaire

Observatoire du nucléaire - http://www.observatoire-du-nucleaire.org  
Revue de presse n°9 - Par Stéphane Lhomme

 
Semaine du vendredi 27 juillet au jeudi 2 août 2012


Vendredi 27 juillet


Areva vise « toujours » 10 commandes d'EPR (c'était 60 en 2010 !)

Dépêche AFP (multi-reprise) :
http://bit.ly/No4KGn  
Rappel annonce 2010 :
http://bit.ly/ReV6YS 
Article S. Lhomme 2010 :
http://bit.ly/7rhmfo et http://bit.ly/Rf2Qdd

C'est reparti pour un tour : relayée par de nombreux médias, la communication d'Areva prétend que les commandes de nouveaux réacteurs affluent et que la « parenthèse » Fukushima est oubliée. Ainsi, Areva prétend recevoir « 10 nouvelles commandes d'EPR d'ici 2016 ».  L'Observatoire du nucléaire sort donc ses archives et une belle annonce par Areva, en 2010, de 60 réacteurs « bientôt vendus » : 45 EPR et 15 Atmea (un modèle plus petit mais n'existant que sur le papier). On est donc passé de 60 réacteurs (virtuels) à 10 (tout aussi virtuels)...

Certes, entre temps, le drame de Fukushima a eu lieu mais :

- ce n'est pas une excuse pour l'industrie nucléaire... puisque c'est elle qui a causé cette catastrophe (y compris Areva qui a fourni à la centrale de Fukushima du MOX, combustible au plutonium)
- avant même Fukushima, l'auteur de la présente revue de presse expliquait dans l'Expansion que la supposée « renaissance du nucléaire » (et de fait les annonces d'Areva) n'était que poudre aux yeux...

Enfin, on note que le projet d'EPR le moins virtuel reste celui de Grande-Bretagne, où EDF a racheté British energy : ce ne sont donc pas « les britanniques » qui veulent acheter des EPR à Areva, mais les français eux-mêmes : on n'est jamais si bien servi que par soi-même, surtout quand on peut puiser dans les factures d'électricité payées par la population...



Genève tire à l'arme lourde contre le site nucléaire du Bugey

Article Tribune de Genève :
http://bit.ly/RcZNXu  
Livre : L'Amour et le monstre :
http://bit.ly/MlM93A  

On comprendra aisément la position de la ville de Genève qui ne tient pas à avoir à sa porte (bien que du côté français) un site de stockage de déchets radioactifs et qui, du coup, lance des procédures devant la justice administrative française. Pour mémoire, les travaux de préparation de ce stockage, prévu par EDF dans le site de la centrale nucléaire du Bugey (Ain), sont déjà arrêtés grâce au recours au Tribunal administratif d'un horticulteur du coin.

Pour se venger, et ce de façon parfaitement dérisoire, la multinationale EDF a ensuite attaqué en justice ce modeste horticulteur... pour l'empêcher d'agrandir ses serres ( véridique : http://bit.ly/Q2No7K ) ! La procédure de la ville de Genève est néanmoins la bienvenue car EDF se démène pour faire annuler la décision du Tribunal administratif.

Cette affaire, qui ne manquera pas de rebondir, est aussi l'occasion de signaler qu'un des acteurs de ce recours, l'écologiste Chaïm Nissim, a autrefois (en janvier 1982) tiré... au lance-roquette sur le chantier du surgénérateur Superphénix. Son livre « L'amour et le monstre », semble-t-il épuisé, raconte bien sûr cette aventure mais est aussi une intéressante réflexion sur l'engagement individuel et collectif, sur le recours ou non à la violence ou aux armes.

Pour mémoire, les fameuses roquettes, tirées de nuit lorsque le chantier était désert, avaient frôlé sans la détruire la pièce cruciale de ce réacteur. A posteriori, on ne peut que s'en réjouir : l'échec de Superphénix (cf http://bit.ly/OrUPRT ) est bien celui du lobby nucléaire...



Areva et vient en bourse

Dépêche Reuters : http://bit.ly/NcP0GY  

L'agence Reuters se pâme devant les annonces de lendemains qui chantent pour et par Areva (on n'est jamais si bien servi que par soi-même, bis). Une "puissante" montée de 6% en bourse est saluée mais par contre, pas de dépêche à l'heure où nous écrivons alors que cette même action reperd 5%...

On notera la délicatesse des analystes de Natixis qui jugent que le premier semestre d'Areva est... "rayonnant". Un petit stage dans la centrale de Fukushima leur remettrait les idées en place. Enfin, pour mémoire, Areva est aujourd'hui cotée à 12 euros... contre 82 euros en 2007.



Dimanche 29 juillet


Japon : les anti-nucléaires cernent symboliquement le Parlement

Dépêche AFP :
http://bit.ly/QUC7ac  
Article de FranceTV :
http://bit.ly/OvxqiO  
Vidéo de FranceTV :
http://bit.ly/MV3YCY  

La mobilisation antinucléaire ne faiblit pas au Japon. A suivre...



Allemagne : les compagnies attaquent en justice la décision de sortie du nucléaire

Dépêche AFP : http://f24.my/Q3GHAQ  

Lorsque des élus décident la construction d'installations nucléaires, les opposants sont sommés de se taire au nom du respect de la « démocratie » (même si les « débats » électoraux n'ont porté que sur l'insécurité ou autre thème agité comme écran de fumée).

Mais lorsque des élus se soumettent à la volonté populaire et décident la sortie du nucléaire, comme c'est le cas en Allemagne, alors les industriels attaquent cette décision en justice au nom du « droit de propriété » (qui semble comprendre le droit de contaminer et d'irradier).

On notera le cynisme des dirigeants de EnWB qui contestent la décision de leurs actionnaires publics, et espèrent la victoire en justice des sociétés privées.



Lundi 30 juillet



Le patron de General electric trouve le nucléaire "difficile à justifier"

Article de l'Usine nouvelle : http://bit.ly/N1iMlr  

Non, ne rêvez pas : le grand chef de General Electric n'a pas de problème avec les risques de catastrophes nucléaires ni avec les déchets radioactifs. S'il trouve le nucléaire « difficile à justifier », c'est seulement parce que c'est une façon extrêmement chère de produire de l'électricité. Si c'est lui qui le dit...



Enquête sur l’explosion des coûts de construction des centrales nucléaires

Article de SmartPlanet : http://bit.ly/Ni91e9  
Enquête de Associated Press (en anglais) :
http://bit.ly/QxV4jT  

L’enquête de l’AP dévoile « des dépassements de coûts substantiels dans des centrales en Géorgie, au Tennessee et en Caroline du Sud » et « également d’importants retards de construction ». Finalement, l'industrie nucléaire française (et ses EPR) n'est peut-être pas pire que celle des USA. La lutte pour la médaille de plomb est acharnée...



Mardi 31 juillet



EDF : des résultats en nette hausse... grâce aux renouvelables !

Article de l'Usine nouvelle : http://bit.ly/NRO5hi  
Dépêche AFP :
http://bit.ly/MYLMrW

Le premier trimestre 2012 donne le sourire à EDF, mais c'est du fait de « la hausse de la production d'hydroélectricité, grâce au temps très pluvieux observé en France ce printemps. » Une fois n'est pas coutume, l'Usine nouvelle titre sur cette information qui ne fait pas la part belle à l'atome, au contraire, avec « une baisse de la production du parc nucléaire, en raison d'une forte hausse des arrêts programmés mais également d'une augmentation des arrêts fortuits, c'est-à-dire des pannes. »

L'AFP se garde bien de donner ces précisions, des fois qu'elles parviennent jusqu'à la population... Ainsi, le titre est abscons : « EDF gagne du terrain après de bons résultats et des perspectives solides ». Et le contenu de la dépêche n'évoque que très brièvement « une hausse de la production d'hydroélectricité » et, surtout, ne dit mot des déboires du parc nucléaire. Du grand art.

On notera au passage, grâce à l'Usine nouvelle, que la vague de froid de février a coûté 108 millions d'euros à EDF qui a importé massivement du courant, et à des tarifs inouïs : près de 2000 euros le Mwh au lieu de 40 à 50 euros.

Cette déconvenue et ses importations sont la conséquence de l'option absurde « nucléaire + chauffages électriques »... qui devait parait-il « assurer à la France son indépendance énergétique ». Encore une grande réussite du lobby nucléaire...



Fukushima: la compagnie Tepco de facto nationalisée

Dépêche AFP : http://bit.ly/QdoTDB  

Le nucléaire est la plus parfaite illustration du credo des gens qui dirigent le monde : « privatisation des bénéfices, collectivisation des pertes ». CQFD.



Tepco table désormais sur une perte plus lourde que prévue en 2012/2013

Article des Echos : http://bit.ly/M6mmv3  

C'est au lendemain de sa nationalisation que Tepco révèle que ses pertes sont encore plus lourdes que prévu. En attendant de nouvelles révélations. Mais, entre temps, des actionnaires privés ont « sauvé leurs mises »...



Arrestation musclée d'un agriculteur qui a refusé de se laisser corrompre

Texte de Stop-THT : http://bit.ly/Nd3tCH  
Dépêche AFP :
http://f24.my/QefwDv  

Il paraît que le gouvernement PS-EELV est « de gauche », cela semble très difficile à croire dans la mesure où certains de ses actes relèvent incontestablement du totalitarisme.

On ne peut qualifier autrement ce qui arrive à M. Yves Larsonneur, un agriculteur qui s'oppose à ce que des pylônes THT soient érigés dans son champ, et qui a dignement refusé des centaines de milliers d'euros proposés par le RTE-EDF (Réseau de transport de l'électricité).

Cet homme courageux a été arrêté chez lui, violemment qui plus est, puis emmené par les forces de police, afin que les bulldozers puissent pénétrer chez lui et ériger les fameux pylônes.

A cette heure, on ne signale aucune protestation de ministres EELV (ne parlons même pas de démission), aucune rupture de participation à la majorité au Sénat et à l'Assemblée nationale ou dans les régions. Il est probable qu'un communiqué, aussi inutile que « vengeur », sera publié (après les vacances ?) par le secrétariat d'EELV.

La « conférence environnementale » des 15 et 16 septembre, c'est à dire le « grenelle de l'environnement » du gouvernement actuel, s'annonce comme un vaste plaisanterie à l'égal du grenelle sarkozyste. Les chantiers des lignes THT n'ont rien à en craindre, pas plus que ceux des réacteurs EPR, ITER, ASTRID...



10/08/1961 : La Hague accueille l'atome

Article (mauvais) des Echos : http://bit.ly/T51R28  

Mauvais article qui passe rapidement (et surtout sans la dénoncer) sur la véritable tromperie organisée pour installer l'usine de La Hague sans risquer de contestation. Qui plus est, des propos de Gilles Perrault son instrumentalisés pour justifier ce coup de force.

Une seule phrase est accordée à Didier Anger, pourtant un des meilleurs connaisseurs de cette histoire (mais il est vrai qu'il est aussi opposant à l'atome depuis toujours, ce qui est d'évidence un grave « défaut » pour le journaliste).

Finalement, il nous est asséné que « Malgré ces nombreuses installations, la beauté de la nature, tout autour, résiste ». Pour mémoire, une végétation luxuriante (et contaminée !) se développe autour de Tchernobyl et le même destin attend la région de Fukushima....



Le nucléaire passe de mode en Europe centrale

Article sur Presseurope : http://bit.ly/N1DnWL  

Pour finir, un intéressant article qui montre à son tour que, de façon irréversible, le nucléaire perd du terrain, y compris dans des pays habitués à vénérer l'atome. A suivre...
 
 


24/08/2012

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres