lettre de la conf

Un an d'avancées pour l'agriculture paysanne

                                                                                                                                                                               
Depuis l’occupation du GNIS le 21 janvier 2014, qui avait permis d’empêcher la mise en place d’un arsenal répressif sur les semences paysannes, jusqu’au rassemblement devant le ministère de l’Agriculture le 20 janvier 2015 qui a abouti, après une quinzaine de mobilisations partout en France, à faire renoncer le gouvernement d’exclure de futurs installés de la revalorisation des aides PAC, en passant par la mobilisation de plus de 4000 personnes pour soutenir les neuf prévenus du procès d'Amiens, cette année a été riche en mobilisations, en actions et en interpellations pour protéger l’agriculture paysanne du rouleau compresseur de l’industrialisation de l'agriculture.

Sur les 1000 vaches, outre l’émergence médiatique de la problématique des usines agricoles, nous sommes parvenus à faire démonter un des bâtiments de l’exploitation, à faire lâcher Senoble sur la collecte du lait, à diviser par quatre la taille du méthaniseur et à renforcer la maitrise du foncier par la Loi d’avenir agricole (LAAF), ce qui ralentira la démultiplication de ces projets.

Par ailleurs, les remontées de terrain nous prouvent que notre action a un impact plus large encore : les élus locaux se désolidarisent les uns après les autres du projet, le groupe Ramery perd des marchés publics, l’administration locale, sous la pression continue des paysans et des citoyens, retrouve un peu de droiture et d’impartialité. Notre action a aussi une portée anti-corruption et démocratique !

Autre combat phare contre l'industrialisation de l'agriculture, la conf' a obtenu une avancée majeure contre le puçage électronique des petits ruminants via les mobilisations de Privas, Cahors et Vitré en décembre dernier.

Ceux sont ces combats, comme ceux menés depuis la création de la Confédération paysanne, qui permettent de peser sur les politiques agricoles.

Mais pas de faux enthousiasme, tout cela est bien imparfait et ne permet pas d’endiguer cette lame de fond qui rend la vie tous les jours un peu plus durs aux paysans, entraînés par leurs pairs dans une spirale infernale qui les broient et les isolent du reste de la société. De même ces quelques avancées ne doivent pas cacher d’autres menaces très inquiétantes, comme la destruction en cours des petites fermes par leur exclusion des aides publiques, ou encore TAFTA et CETA qui représentent une menace mortelle pour l'agriculture paysanne...

Alors rejoignez-nous pour permettre l'émergence d'une autre agriculture !

Un an d'actions en vidéo :
     
 
TAFTA / CETA
Mobilisation croissante en Europe
                                                             
Plus de 70 mobilisations en France et 400 en Europe le 11 octobre dernier (infos), 4500 personnes pour encercler un sommet européen à Bruxelles le 19 décembre 2014 (photos), 50 000 personnes à Berlin le 19 janvier 2015 contre l’agriculture industrielle et TAFTA / CETA (vidéo), plus de 1,3 millions de signatures dans une quinzaine de pays de l’UE contre les accords de libre-échange (infos), la mobilisation ne cesse de croître en France et en Europe !

Rien n’est gagné pour autant et c’est bien d’une course de fond dont il s’agit. La Commission européenne, les États membres et les parlementaires ont beau être perturbés par cette contestation populaire, avec notamment la remise en cause par certains pays de l’ISDS, il n’en reste que l’agenda avance inéluctablement, avec toujours autant d’opacité dans les négociations et de mépris démocratique. On continue, donc, à secouer le cocotier pour ramener nos élus à la raison !

Prochaine étape : mobilisation européenne et nord-américaine le 18 avril prochain, plus d’infos prochainement.


 
Les paysans ont de l'avenir !
L'agriculture paysanne en Picardie
                                                               
Sous le feu des projecteurs avec l'implantation de l'usine des 1000 vaches, l'agriculture picarde jouit désormais d'une bien triste réputation. Ses promoteurs veulent nous faire croire que ces fermes géantes sont l'avenir d'une agriculture « moderne et compétitive ». Pourtant, nous, acteurs de terrain, savons bien que, en Picardie comme ailleurs, il existe une agriculture qui répond aux attentes des citoyens et  fait vivre des paysans fiers de leur métier.

13 acteurs de l'agriculture paysanne en Picardie témoignent, accédez au Webdoc

Agro-écologie, an 1 ?

On y croit, on n'y croit pas ?
 
Le ministre de l'Agriculture a lancé cette semaine en grandes pompes « l'An 1 de l'agro-écologie ». Rien de moins. Cette intention d'aller vers une agriculture plus en phase avec son environnement est à saluer. Cependant, nous ne pouvons que nous inquiéter de l'écart entre les discours et les politiques mises en place. En germe, il y a le risque de fournir un label « agro-écologique » à tous, comme on y est parvenu avec le verdissement (vert pâle) de la PAC

Rejoignez-nous pour changer le monde !

La Confédération paysanne et les Amis de la Confédération paysanne vous invitent à les rejoindre pour changer l'agriculture et l'alimentation.
                                                         
Nous refusons l'industrialisation de l'agriculture et défendons une alternative réaliste, porteuse d'espoir, de sens et d'emplois : l'agriculture paysanne.

Signez l'appel "Nos fermes ne sont pas des usines !"

Paysans, rejoignez la Confédération paysanne !

Citoyens, rejoignez les Amis de la Confédération paysanne !
 

Agenda

04 – 05/03 : Colloque européen sur les produits fermiers au lycée agricole de Chaumont en Haute marne. Infos et programme

21/02 – 01/03 : Retrouvez la Conf’ au salon de l’agriculture : hall 4, allée B, stand O21

24/02 : Conférence + projection de film "Envie de paysans !" à partir de 14h au SIA (plus d'infos au stand de la conf').

16/03 – 20/03 : Semaine de l’agriculture paysanne à Science Po & Agroparistech

11/04 : Ferme à Paris + Banquets paysans (Paris, Angers, Grenoble, Nancy)

18/04 : Journée de mobilisation EU / US contre TAFTA & CETA

 

Le rêve chinois des laitiers bretons

En 2012, Sodiaal, première coopérative laitière française et cinquième mondiale, signe un accord avec Synutra International, entreprise spécialisée dans la distribution de nourriture pour nourrissons. Il est conclu que Synutra reprenne la vieille usine de Carhaix (Finistère) qui produira des poudres de lait à destination du marché chinois. La ferveur s'empare alors de la filière laitière bretonne. La perspective d'accéder à un tel marché échauffe les esprits. Un rêve comme une fuite en avant d'un modèle à bout de souffle ? Le marché du lait chinois : eldorado ou mirage ?
 
Faîtes un don en cliquant ici pour soutenir les campagnes / actions de la Confédération paysanne


06/02/2015

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres