lettre de juin nouvelle donne gard

Édito

Nous avons besoin de vous car il y a urgence !
Urgence à stopper cette glissade inexorable de beaucoup d'entre nous vers le chômage et la précarité et à porter un autre discours que celui du gouvernement qui se prétend socialiste («demain il y aura une inversion de la courbe du chômage » sur l’air de « demain on rase gratis ») sans cesse bien sûr démenti par la réalité : 26 000 chômeurs de plus en avril et près de 600 000 de plus depuis l’arrivée de Hollande après l’échec de Sarkozy.
C'est pourquoi Nouvelle Donne lance un Plan d'Urgence pour la France qui se décline en 5 mesures phares :

  1. Permettre aux entreprises de garder leurs salariés en cas de chute de l'activité en finançant leur maintien en travail à temps partiel.
  2. Séparer les banques de dépôt et les banques d'affaire pour nous mettre à l'abri d'une nouvelle crise financière.
  3. Protéger et renforcer les PME en prenant en charge le coût des délais de paiement que leur imposent les grandes entreprises, le coût du recouvrement juridique de leurs créances  et en leur avançant à taux 0 le montant de celles-ci.
  4. Utiliser les 37 Milliards du Fonds de Réserves des Retraites (actuellement placés en banque et alimentant donc la spéculation financière) pour construire des logements et ainsi faire baisser les loyers.
  5. Mettre à la disposition de chaque pays européen pendant 20 ans les 1200 Milliards créés par la BCE pour assurer le financement de la transition énergétique, permettant la création de 200 à 300 000 emplois.

Voici comment vous pouvez agir :

Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre (Albert Einstein).

Mais l’austérité et la précarité ne touchent pas seulement la France. Toute l’Europe est concernée et plus particulièrement l’Europe du Sud (Portugal, Espagne, Italie, Grèce, et demain peut-être la France plus durement encore qu’aujourd’hui). La Grèce subit la politique néo-libérale imposée depuis 2010 par le FMI, la Banque Centrale Européenne et la Commission de Bruxelles : les réformes économiques imposées par ces trois institutions (la Troïka) avaient pour objectif de réduire la dette du pays mais elles se sont révélées totalement inefficaces (la dette a cru de 113% du PIB avant la crise grecque en 2009 à 185% fin 2014, faillite d’entreprises, chômage catastrophique, fuite des capitaux) et dramatiques sur le plan humanitaire : augmentation considérable du taux de suicide, de la mortalité infantile, de la grande pauvreté, fermeture d’hôpitaux, etc. Les Grecs ont choisi démocratiquement, lors des dernières élections de début 2015 de dire non à cette austérité dramatique et inefficace. Mais elle a besoin de l’aide financière du FMI et de l’Europe. D’où le bras de fer des négociations actuelles entre le gouvernement grec et la troïka qui persistent à vouloir imposer une politique d’économie contre-productive. Il faut le dire haut et fort : l’Europe de l’austérité bafoue les droits fondamentaux des populations et la démocratie pour protéger les intérêts financiers. Le Parlement grec a mis en place un audit de la dette de la Grèce qui vient de rendre son rapport : il s’agit dans une très large mesure d’une dette illégitime, voire illégale et de plus insoutenable. C’est pourquoi l’opinion publique doit faire savoir à la Troïka et au gouvernement français, complice des décisions européennes sur le cas de la Grèce, que l’austérité contre les peuples non responsables de cette dette illégitime est totalement inacceptable.  Aussi Nouvelle Donne appelle à participer au Collectif de Soutien à la Grèce du bassin d’Alès ainsi qu’à la réunion publique à Nîmes le vendredi 26 juin (voir informations sur notre site web) en soutien au peuple grec.

Le Comité Nîmes-Gard de Nouvelle Donne.



21/06/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres