CR atelier reprises d'entreprises UE Attac

Reprises d’entreprises et autogestion. Univ d’été ATTAC Août 2012

Evelyne Perrin avec Alain Vilain

 

L’atelier, suivi par 65 personnes, a donné lieu à un vaste échange sur les thèmes croisés de la reprise d’entreprises par leurs salariés, des coopératives, de la récupération de terres agricoles..

 

  1. Reprise d’entreprises

 

Nous sommes en France en train de perdre les derniers morceaux de notre industrie : après la sidérurgie et les mines, le textile et le cuir, c’est au tour de l’automobile, du raffinage, de subir des suppressions massives d’emplois du fait des plans sociaux et délocalisations vers les pays à bas salaire et à marché porteur. Ne va-t-il nous rester que le nucléaire, au risque d’un Fukushima français ?

Les luttes acharnées qu’ont menées les salariés contre les plans sociaux et fermetures de ces dernières années, de Continental à Molex, en passant par New Fabris, Renault, Ford, Goodyear, Sanofi, sont rarement victorieuses, sauf lorsqu’elles donnent lieu à une unité intersyndicale (cas de Ford à Blanquefort, où la lutte est coordonnée par Philippe Poutou), et à un fort soutien des élus locaux (cas de Heuliez en Poitou-Charentes, dont une partie des salariés ont été repris dans la nouvelle entreprise pour fabriquer une voiture électrique avec le soutien de la région).

Le cas de PSA et de ses 8 000 emplois directs menacés à Aulnay-sous-Bois et Rennes (sans compter les emplois induits) est emblématique. Alors que nous avons un nouveau gouvernement et un Ministre du Redressement productif affichant une volonté d’agir, le sort de l’entreprise en France semble joué, sans même que l’on examine les perspectives crédibles de reconversion, et encore moins de reprise aux mains des salariés…sauf radicalisation encore imprévisible de ces derniers, auxquels des chercheurs sont pourtant prêts à apporter leur concours pour bâtir un contre-projet industriel.

De même, la loi un temps annoncée par François Hollande permettant à des salariés de reprendre leur entreprise en cas de fermeture n’est toujours pas à l’ordre du jour…

 

La solution, en cas de fermeture, de la reprise de l’entreprise par ses salariés n’est pas encore très présente ni perçue comme un légitime recours dans l’imaginaire du mouvement syndical en France, alors qu’elle a refait apparition et a été utilisée dans de très nombreux cas en Amérique Latine, notamment en Argentine lors de la grande crise financière et économique de 2001. Mais elle commence à apparaître comme une voie légitime de défense et de maintien des emplois, quitte à les reconvertir, parmi les jeunes, qui ont pris la mesure de la raréfaction de l’emploi et de l’ampleur de la crise en Europe, menant à une destruction programmée de notre appareil productif sous les choix de rentabilité financière des multinationales et les diktats des marchés financiers. En effet, les jeunes générations n’hésitent plus à créer leurs propres alternatives de production, de consommation et de vie face à une situation qui les condamne de plus en plus à la précarité et à des emplois sous-rémunérés.

De plus, certaines initiatives récentes de salariés en lutte contre les plans sociaux ont mis en avant la solution de la reprise aux mains des salariés, et ont même dans certains cas avancé très loin vers cette solution et vers la création par les salariés de coopératives. C’est le cas de Seafrance, entreprise de transport maritime où une partie des salariés menés par la CFDT ont créé leur propre coopérative et repris une partie des emplois, bien qu’en devenant sous-traitants de Eurotunnel.

De même, les salariés de l’entreprise de fabrication de thé Eléphant Fralib, d’Unilever, à Gémenos, se battent depuis deux ans pour reconvertir leur entreprise vers la fabrication de thés et tisanes locales, avec un important soutien des élus locaux. Ils ont obtenu le rachat des terrains de l’entreprise par la municipalité, mais se heurtent au refus d’Unilever de leur céder la marque. Le soutien concret qu’ils auront de la part du gouvernement socialiste ou non sera déterminant pour la suite.

D’autres exemples moins connus de reprise d’entreprise par leurs salariés existent en France. Ainsi avais-je été reçue en juillet 2011 dans trois coopératives du Poitou-Charentes soutenues par la région (et notamment par son Conseiller régional chargé de la création de coopératives et des reprises d’entreprises, Guy Eyermann, ancien leader CGT de la lutte des New Fabris contre leur fermeture au printemps 2010). Deux avaient été créées par les salariés après le départ de leur patron, l’une dans le textile haut de gamme par une dizaine de femmes, et elle se portait très bien, ayant conservé leur marché. L’autre, créée par une trentaine d’hommes dans le jardinage et aménagement paysager, coulait, car certains des nouveaux coopérateurs travaillaient au noir à côté, ce qui prouve à quel point la détermination des futurs coopérateurs et leur esprit de solidarité sont essentiels à la réussite d’une coopérative. La troisième était une coopérative d’activité et d’emploi, largement subventionnée par des collectivités publiques, et comme il en existe 150 en France, dans plusieurs régions notamment, mais qui ne sont pas assez connues du grand public, ni des syndicats.

En effet, dans une coopérative d’activité et d’emploi, tout porteur de projet peut être accueilli et aidé gratuitement à créer son marché, mais il facture ses clients au nom de la coopérative, qui lui reverse l’équivalent de ses ventes sous forme de salaire. Il peut rester salarié de la coopérative autant qu’il le souhaite, ou devenir coopérateur, et il peut en sortir quand il veut sans rien rembourser. Lorsqu’il rentre dans ses frais, il reverse une partie de son chiffre d’affaires – en général 10 % - à la coopérative. Les cinq coopérateurs et/ou salariés de la CAE à laquelle j’ai rendu visite dans le Poitou-Charentes s’en sortaient bien, l’une dans la publication de livres pour enfants, l’autre dans les soins à domicile, un autre dans le jardinage chez des particuliers, un autre dans le conseil aux entreprises.

Il faut ajouter, comme me l’a montré mon enquête sur 30 sites de production industrielle ou de services publics ou privés menacés ou frappés de fermeture et délocalisation menée l’hiver 2009-2010 (Cf. Evelyne Perrin, « Haute tension. Les luttes des salariés contre les plans sociaux 2008-2010 » consultable sur Internet), que dans de nombreuses luttes pour sauver leur emploi et leur entreprise, les salariés et leurs syndicats les plus combatifs vont jusqu’à bâtir et proposer des projets de reconversion de l’outil de production. Ce fut le cas de SUD à la raffinerie des Flandres de Total à Dunkerque avant sa fermeture. Le projet de reconversion vers un traitement de l’amiante par haute température était viable et écologiquement intéressant. Il ne fut pas repris.

Le seul cas de reprise de l’entreprise par les salariés dans les toutes dernières années dont nous ayions eu connaissance fut celui de Philips à Dreux, où une CGT dissidente de la Confédération a entraîné une partie des salariés à prendre le contrôle de la production de téléviseurs – l’une des dernières en France – et à bloquer douze jours leur vente. Mais la menace de licenciements pour faute lourde, l’absence de soutien des élus locaux et de FO, firent capoter l’initiative.

Le cas de PSA est différent vu la taille de l’entreprise et de ses établissements principaux à Aulnay-sous-Bois (3 000 emplois) et à Rennes. Mais sait-on que les salariés de Continental à Mexico, après certes trois années de grève, non payée, de procès et de lutte, en vinrent à prendre la possession de l’entreprise de pneus, et après des formations, en sont arrivés à réembaucher 300 travailleurs depuis ? Les exemples abondent en Argentine et au Brésil. Pourquoi cela serait-il impossible en France ?

La lutte si célèbre des « Contis » en France a été axée sur l’obtention des plus fortes primes de départ possible. Et elle les a obtenues. Qu’en est-il aujourd’hui des Contis, deux ans après la fermeture de cette usine de pneus dans un bassin d’emploi sinistré ? Dépression, déménagement, divorce, suicide, tels sont les lendemains d’une des luttes qui fit la une de l’actualité pendant des mois…Ceci montre à quel point l’objectif des indemnités de départ les plus fortes est un leurre. Il faut que les salariés se battent pour prendre en mains l’outil de production, le soustraire aux logiques de rentabilité financière et de dumping social international, et le reconvertissent vers des productions socialement utiles et écologiquement compatibles (Cf. la brochure collective inter-orgas rédigée et diffusée en juin 2011 « Pour une reconversion sociale et écologique de l’économie », consultable sur le site reconv-ecolo.org).

 

  1. Coopératives

 

Certes le secteur coopératif français est-il assez important : Si l’on regroupe les SCOP proprement dites –on en compte 22 000 -, les mutuelles –il y en a 6800 - et les associations – soit 1,2 million ainsi que 1000 fondations - , ce secteur représente 2,1 millions de salariés (soit 10 % des salariés du secteur concurrentiel, ou encore deux fois plus que l’agriculture et Cinq fois plus que le secteur automobile) et 7 % du PIB. Ainsi, 80 % des agriculteurs sont-ils des coopérateurs. C’est l’une des voies de l’économie sociale et solidaire. Il dispose de fédérations régionales et nationales. Pourtant, il pourrait être beaucoup plus développé encore. De plus, il peut dans sa grande diversité donner lieu à des interprétations et qualifications fort différentes en termes de changement social.

La coopérative n’est pas en effet en elle-même une recette miracle ni une garantie de radicalité et d’alternative au système capitaliste actuel. Elle peut même en reproduire les pires aspects. On a beaucoup parlé de la coopérative Mondragon, créée il y a plusieurs décennies par des Basques en Espagne. Ce fut un tel succès qu’elle est aujourd’hui devenue une vaste multinationale, dans laquelle on trouve de multiples entreprises dont beaucoup sous-traitantes, et où la part des effectifs régis par le statut de coopérateurs est devenue minoritaire, comme l’analyse très justement Joël Martine, d’ATTAC Marseille, dans ses articles et lors de son intervention sur ce thème à l’Université d’été européenne d’ATTAC 2011 à Fribourg.

Ainsi la multinationale Mondragon en vient-elle elle à reproduire la logique de compétitivité et de recherche de profit à l’échelle mondiale et à racheter des entreprises concurrentes sans leur octroyer le statut de coopérateurs, mais en en licenciant le personnel. C’est le cas de Fagor, rachetant Brandt électro-ménager à Lyon (Cf. le film « Les Fagor et les Brandt »).

La coopérative de production n’est un outil de transformation sociale que dans certaines conditions : à condition que les salariés ou coopérateurs soient sur un pied d’égalité, motivés par les mêmes objectifs et par un souci de solidarité. Il faut qu’elle se crée ses propres débouchés en nouant des partenariats avec les élus et services publics locaux, comme a su le faire l’entreprise de carrelage Zanon – devenue l’entreprise Fa.Sin.Pat ou Fabrica Sin Patron - en Argentine, ou l’Hôtel Bauen à Buenos Aires.

Comme le disent les travailleurs argentins de l’entreprise IMPA, « Si on restait dehors en faisant appel au juge pour qu’il assure le maintien de l’activité, on n’allait rien en tirer. Encore moins si on le demandait aux hommes politiques. Il n’y avait qu’avec l’occupation que l’on pouvait récupérer notre travail. On savait que la seule possibilité de récupérer les usines était en dehors du cadre légal, puisqu’il n’y avait aucune loi défendant le travail. (Eduardo Murua) »

Comme le montre avec des textes et des photos le superbe livre de Jorge Pousa « Occupar, resistir, producir . Le cri des usines et des entreprises récupérées » publié par le comité France Amérique Latine de Toulouse en 2012 (Cf. jpousa@yahoo.com), la lutte pour la reprise d’entreprises en Argentine fut souvent très rude :

« A Vyetes, entreprise Ghelco, face à la fermeture imminente, on a campé devant la porte pour empêcher les propriétaires de vider l’usine. On est restés cinq mois devant la porte dans une tente (Norberto Monzon) »

« Quand la grève commence, on doit rester à l’intérieur de l’usine (ici Grissinopoli, devenue la Cooperativa La Nueva Esperanza Limitada). On a attendu huit à dix jours avant de sortir dans la rue pour dire aux voisins ce qu’il se passait. Nous, on n’avait riuen à amnger, il faisait froid, on dormait ici loin de nos familles »

Mais quand la lutte aboutit à la création de la coopérative, le souffle du départ doit être préservé.

« Toutes les décisions se prennent en assemblée ; c’est lent comme un éléphant, mais les erreurs viennent de tous, comme les réussites (Hugo Fuster, Viniplast)

« Chez IMPA, cela fait six ans que l’on gagne tous la même chose. On pense que les incitations morales valent mieux que les incitations matérielles (Eduardo Murua) »

 

En conclusion, la coopérative n’est pas la panacée. Mais si elle se situe dans un contexte de transformation sociale radicale et reste fidèle à ses principes initiaux, elle peut être un formidable outil. Donnons la parole à « Bokita » de Zanon : « L’Argentine et une partie de l’Amérique Latine sont une sorte de laboratoire. Beaucoup de choses que nous avons traversées depuis 1995 et jusqu’à aujourd’hui sont en train de se dérouler dans une partie de l’Europe »

 

  1. Récupération de terres agricoles

 

Un autre exemple de réappropriation de l’outil de production ou de vie a été apporté par Alain Vilain et Patrick, qui mènent des expériences de récupération de terres et de gares abandonnées pour en faire des aires d’accueil naturelles dans des vallées transfrontalières proches de l’Espagne (Vallée d’Aspe) ou de l’Italie, en liaison avec d’autres militants alternatifs en Aragon et en Italie. Ainsi l’association La Goutte d’Eau dans la Vallée d’Aspe est en procès avec le Réseau Ferré de France (RFF) à qui appartenait la gare locale pour faire valoir le droit d’usage sur des terrains notamment communaux, et y construire des jardins collectifs, des auto-constructions en lien avec le réseau Halem, et un atelier de graines.

 

  1. Débat

 

Une première partie du débat a porté sur la nature, radicale ou réformiste, des coopératives.

Patrick a souligné justement l’enjeu politique que constitue la reconversion industrielle : il ne s’agit pas de défendre l’emploi salarié pour l’emploi, et cela ne concerne pas que les salariés. L’enjeu est le territoire sinistré, pas l’usine. Et il ne s’agit pas que de production, mais aussi de mode de vie, comme le montrent le réseau des coopératives intégrales en Catalogne, de Clels du pays basque comme Bizi Mugi, mais encore la désobéissance fiscale qui s’est développée en Grèce.

La coopérative ne résulte pas uniquement de la reprise des entreprises, mais de créations ex nihilo. Bérénice est entrée dans une SCOP de tricot de luxe de 20 emplois après avoir quitté France Télécom en 2006 avec une prime. Elle souligne à quel point la coopérative est une aventure collective et humaine qui ne s’improvise pas : il lui faut du temps pour expérimenter la démocratie en son sein ; mais elle ajoute qu’elle a un côté ludique, festif, car on n’a pas l’impression de travailler comme ailleurs.

Moi, de retour du Forum Social Mondial de Dakar en février 2011, y ai découvert la vigueur des coopératives, des tontines de micro-crédit solidaire, choses qui existaient auparavant dans les campagnes comme en Auvergne, que le capitalisme et l’Etat Providence ont détruit, mais qu’il s’agit de réinventer aujourd’hui.

Un vif débat porte sur l’analyse à faire de la coopérative basque Mondragon, certains en défendant l’exemple.

Une des conclusions du débat est que la coopérative suppose une certaine échelle, maîtrisable pour faire jouer une démocratie interne et l’égalité des salaires. Le problème qui se pose alors est de dépasser le stade d’expériences aimables mais très limitées et ne mettant pas en cause le système capitaliste en lui-même, ce qui est le cas des AMAP, des jardins partagés, et des petites coopératives. Marx l’avait dénoncé, en son temps. Comment politiser au maximum les expériences et en faire des outils de renversement de ce système ?

Soulignons pour finir que le Collectif Lucien Collonges proche des Alternatifs a fait paraître en été 2010 chez Syllepse une somme de 600 pages (un peu fouillis) qui rapportent analyses ou extraits d’expériences d’autogestion dans différents pays et à différentes époques, « Autogestion hier, aujourd’hui et demain », dont on espère une suite, tant le sujet devient brûlant dans la crise actuelle, structurelle, du système libéral.



09/09/2012

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 67 autres membres